8.000 à 10.000 personnes ont été incarcérées et torturées en Birmanie pour avoir résisté pacifiquement aux différentes dictatures militaires qui ont régi le pays d’une main de fer jusqu’en 2011. L’objectif de COSEPO est d’apporter un support aux anciens prisonniers d’opinion qui ont été libérés mais ne bénéficient d’aucune assistance et restent victimes de discriminations.

Projet Myanmar Institute for Democracy  (Rangoon/Yangon)

 

Le projet initié en 2013, en collaboration avec le Myanmar Institute for Democracy (MID), permet d’apporter un soutien financier à plusieurs anciens prisonniers d’opinion ayant été incarcérés pour leur participation aux mouvements de contestation étudiants de 1998. Ce soutien permet aux bénéficiaires de ce projet de suivre une formation professionnelle et de subvenir aux besoins immédiats de leurs familles.

Votre contribution permettra de financer en priorité l’un des programmes suivants :

o aide financière d’urgence aux familles (logement, santé,…) : (300 USD par famille)

o cours de formation: (300-500 USD /cycle)

Projet Anti Labour Group  (Rangoon/Yangon)

 

Parmi les nombreux témoignages que nous avons pu collecter, nous avons particulièrement été frappés par l’histoire de l’Anti  Labour Group, un groupe de 92 prisonniers d’opinion incarcérés à la fin des années 80 à la prison de Tharrawaddy considérée comme l’une des plus sinistres du système carcéral birman. Ils y ont mené un mouvement de protestation pour exiger l’abandon  des travaux forcés imposés aux prisonniers politiques. Ce mouvement a fait l’objet d’une répression terrible mais après plusieurs mois de confrontation, les autorités pénitentiaires ont finalement accédé à ses revendications en abolissant le travail forcé pour l’ensemble des prisonniers politiques du pays.

Cette résistance a toutefois laissé de lourdes traces. Douze personnes du groupe sont décédées des suites de leurs conditions d’incarcération. Les autres membres du groupe, résidant pour la plupart dans la région de Rangoon, restent quant à eux victimes d’actes d’intimidation et de répression. Ils ne bénéficient aujourd’hui d’aucune aide des autorités ni d’autres programmes d’assistance et de réinsertion.
L’accès à l’emploi leur est rendu difficile, sinon impossible et leur situation familiale est précaire en raison des mesures de rétorsion dont leur proche entourage fait aussi l’objet. Ils sont par ailleurs confrontés à des problèmes de santé, suite aux tortures qu’ils ont endurées.

Votre contribution permettra de financer en priorité l’un des programmes suivants :

o aide financière d’urgence aux familles (logement, santé,…) : (300 USD par famille)

o cours de formation: (300-500 USD /cycle)

o frais de scolarité enfants (selon niveaux) : (150 -300 USD/an)

o interventions médicales urgentes : (250 -1500 USD)

o assistance financière aux familles des prisonniers décédés: (1000 USD par famille)

Projet Upper Burma (Mandalay)

 

Des anciens prisonniers d’opinion résidant à Mandalay et dans les provinces situées au Nord du pays ont constitué, en 2012, une association d’entraide (Ex-Prisoners Network Upper Burma –EPNUB) qui regroupe 700 membres.

Cette association a pour principal objectif d’organiser des formations dans différents domaines et d’apporter une aide financière et médicale aux membres les plus défavorisés.

Le manque de moyens est toutefois criant. Les responsables de ce réseau que nous avons rencontré nous ont fait part des difficultés qu’ils avaient notamment à répondre aux demandes de formation qui leur étaient adressées, en raison du manque de matériel et de l’impossibilité de prendre en charge les frais de transport et d’hébergement des candidats ne résidant pas à Mandalay.

Votre contribution permettra de financer en priorité l’un des programmes suivants :

o   achat d’ordinateurs pour équiper le centre de formation de l’EPNUB: (500 USD pièce)

o   frais de participation aux formations: (100 USD/personne)

o   organisation de cours d’anglais: (1000 USD/ cycle)